Tout ce qu’il faut savoir sur la location à Tenerife.

Depuis quelques mois, de nombreuses personnes se demandent si l’on peut louer sa propriété à Tenerife sans problème en raison de la nouvelle législation et il est difficile d’avoir une réponse claire, voilà pourquoi nous vous résumons ici la loi et vous expliquons dans quels cas la location saisonnière est permise ou interdite. Le développement des plateformes de location telles que Airbnb, Homeaway, Booking…. ont provoqué l’envolée des locations saisonnières, raison pour laquelle les hôtels ont fait pression pour les limiter au maximum ou les interdire afin de se protéger d’une forme de concurrence.

Avant tout, il faut savoir que la législation ne concerne que la location à courte durée, c’est à dire les locations de moins de 3 mois. Si vous louez donc votre bien pour 3 mois ou plus, il n’y a pas de restriction.

Pour louer à courte durée, vous aurez besoin d’une licence de « Vivienda Vacacional », ce que nous allons détailler dans un instant, vous devrez communiquer les données de vos clients à la Police (tout comme les hôtels qui font une copie des pièces d’identité lors du check-in) et vous devrez bien sûr payer vos impôts. La majeure partie des biens que vous trouverez actuellement sur les différentes plateformes ne respectent pas ou pas entièrement ces obligations, ce qui ne veut pas dire que c’est permis et ils s’exposent à de lourdes sanctions. Les contrôles, inexistants il y a quelques années, se sont renforcé et à terme, tout le monde devrait finir par respecter ces règles.

 

Le plus difficile et le point le plus important est donc d’obtenir la licence de « Vivienda Vacacional » (maison de vacances). En demandant la licence, vous devez signer une déclaration responsable qui vous engage à respecter certains points de la législation touristique et cela ne pose généralement aucun problème. Seulement voilà, la nouvelle législation limite énormément les propriétés pour lesquelles on peut obtenir une licence. L’idée du décret du gouvernement canarien est d’interdire la location saisonnière pour la plupart des biens et donc de limiter au maximum le nombre de licences délivrées. En effet, pour obtenir la licence, votre propriété doit répondre aux critères suivants :

  • Votre propriété ne doit pas se trouver dans une copropriété dont les statuts interdisent la location saisonnière. Il y a peu de copropriétés qui l’interdisent dans leurs statuts mais il y en a quand même.

 

  • Si la propriété se trouve dans un complexe géré par une entreprise exploitante (dite « explotadora »), type appart-hotel par exemple, vous avez l’obligation de passer par cette entreprise pour la location. Ce qui veut dire que vous pourrez en courte durée, mais toujours par leur intermédiaire. Les conditions varient énormément d’unen société à l’autre, ce qui rend l’investissement plus ou moins intéréssant.

 

  • Et enfin le point le plus épineux. La licence n’est octroyée que pour les biens indépendants ou pour des complexes classés résidentiels et dans tous les cas construits sur un SOL CLASSE RESIDENTIEL et non touristique. Voilà donc le plus grand paradoxe de la législation. En effet, la demande pour la location saisonnière est majoritairement axée sur les zones touristiques, et pourtant, l’offre devrait se concentrer sur les zones moins touristiques… Il existe cependant quelques endroits proches de la mer comme certains quartiers de Los Crisitanos qui sont classés résidentiels alors que d’autres ne le sont pas.

Donc, comment faire ? Si votre bien est dans une zone résidentielle, il sera possible d’obtenir une licence et cela devrait être rapide. Pour les biens situés en zone touristique, même si cela est à priori interdit, il est possible de demander la licence et d’entamer un recours en cas de refus. Effectivement, certains cabinets d’avocats spécialisés, conjointement à l’Association Canarienne de la Location Saisonnière (ASCAV), réussissent dans la plupart des cas à obtenir des licences pour des biens placés en zone touristique grâce à une législation européenne qui protège les propriétaires et qui prévaut sur la législation régionale. Pas de panique donc, et dans le cas d’un recours, processus plus couteux mais rentable, la location est permise jusqu’à la décision finale, processus qui prend de 18 à 24 mois.

Si vous êtes intéressé par un achat immobilier à Tenerife et que vous aimeriez mettre le bien en location tout ou partie de l’année, n’hésitez pas à nous contacter et nous étudierons toutes les possibilités qui s’offrent à vous.